Divulgation : cet article peut contenir des liens d’affiliation, ce qui signifie que Beautiful Christian Life LLC peut percevoir une commission si vous décidez d’effectuer un achat via ses liens, sans frais pour vous.

Alors que la guerre culturelle fait rage, une autre bataille fait rage sur laquelle nous devons tourner notre attention. Quand j’étais petit, mon père me disait parfois : « Personne ne te fera autant de mal que les autres dans l’église. » Au cours de ma vie, cela s’est généralement avéré vrai. Les croyants subissent parfois les plus grandes souffrances dans leurs relations avec d’autres croyants déclarés dans l’Église dans son ensemble.

Lorsqu’un croyant professant blesse nos sentiments ou notre réputation, comment devons-nous réagir ? Devrions-nous, à notre tour, rabaisser cette personne en disant aux autres (que ce soit en privé ou en public) : « Je ne peux pas le supporter », ou « elle est dans un tel état » ou « Je ne suis même pas sûr qu’il ou elle soit chrétien ». .» À notre grande honte, la plupart d’entre nous sont coupables d’avoir réagi de manière aussi coupable. Quand quelqu’un nous fait du mal, l’instinct de notre chair est de lui rendre le mal.

Heureusement, Dieu ne nous laisse pas à nos instincts charnels apprendre à réagir. Au lieu de cela, Il nous enseigne de manière très spécifique comment nous devons réagir lorsque quelqu’un nous fait du mal. En vertu de notre union avec le Christ – dans sa mort et sa résurrection – nous pouvons apprendre à mettre en pratique ce qui suit :

1. Rappelez-vous l’identité spirituelle du frère ou de la sœur offensant.

Les Écritures font la différence entre les enfants de Dieu et les incroyants. Tous ceux qui sont unis au Christ par la foi ont été adoptés dans la famille de Dieu. Aucun de nous ne mérite d’être adopté dans la famille de Dieu. C’est le summum des bénédictions spirituelles que Dieu nous a conférées par grâce. Lorsque nous péchons contre les autres dans le corps, ou lorsqu’ils péchent contre nous, nous péchons contre l’un des fils ou des filles bien-aimés de Dieu.

Nous devons considérer tous les croyants déclarés comme nos frères et sœurs en Christ, comme membres de « toute la famille du ciel et de la terre » (Éph. 3 : 14). Nos actions doivent être conformes à ce que nous croyons concernant la doctrine de l’adoption. Si nous sommes frères et sœurs en Christ, alors nous devons « nous aimer les uns les autres avec un amour fraternel » (Rom. 12 :10), et nous ne devons jamais « dire du mal les uns des autres » (Jacques 4 :11). Si nous nous considérions selon la doctrine de l’adoption, cela changerait radicalement la façon dont nous réagissons lorsqu’un frère ou une sœur nous fait du mal.

2. Priez pour le frère ou la sœur offensant.

Jésus nous a appris à « bénir ceux qui vous maudissent, priez pour ceux qui vous insultent » (Luc 6 : 28). Si cela est vrai en ce qui concerne notre relation avec nos ennemis, combien plus encore notre relation avec un frère ou une sœur offensant ? Quand quelqu’un fait quelque chose qui nous fait du mal, nous devons prier pour que Dieu lui accorde le repentir, lui donne la même grâce dont nous avons besoin et le rende fécond. C’est une marque d’humilité lorsque nous le faisons.

Après tout, c’est pour cela que nous devrions souhaiter que les autres prient pour nous si nous étions la partie fautive. Le vieil adage est vrai : il est impossible de haïr quelqu’un pour qui vous priez vraiment avec amour. De plus, nous oublions souvent que 1 Jean 5 :15-16 peut s’appliquer aux interactions personnelles que nous avons avec d’autres croyants :

Si quelqu’un voit son frère commettre un péché qui n’entraîne pas la mort, il le demandera et il lui donnera la vie pour ceux qui commettent un péché qui n’entraîne pas la mort.

3. Couvrez le frère ou la sœur incriminé.

Nous devrions avoir pour objectif d’ignorer autant d’infractions que possible. Le point est simple : un homme ou une femme pieux est un homme ou une femme qui sait à quel point il ou elle est pécheur et qui, par conséquent, devrait pouvoir ignorer les offenses personnelles de ses frères. L’Écriture nous l’enseigne.

Dans les Proverbes, nous lisons : « La haine excite les querelles, mais l’amour couvre tout péché » (Prov. 10 : 12) ; « Celui qui couvre une transgression cherche l’amour, mais celui qui répète une chose divise les amis » (17 :9) ; et : « La prudence de l’homme le rend lent à la colère, et sa gloire est de négliger la transgression » (19 : 11). Bien entendu, ce principe ne s’appliquerait pas à un acte criminel ou à un acte d’abus grave. Nous sommes tenus de signaler de telles actions aux autorités judiciaires. Cependant, cela devrait être vrai dans la plupart des autres circonstances.

4. Affrontez le frère ou la sœur agresseur.

Si nous ne pouvons pas couvrir avec amour l’offense d’un frère, Jésus nous enseigne qu’il nous incombe « d’aller lui raconter sa faute… seul » (Matt. 18 : 15). C’est peut-être le commandement le moins respecté de tous les commandements de Jésus. Rares sont les cas où un frère se rend en privé chez un autre frère par qui il croit avoir été lésé. Il est vital pour nous d’apprendre cette leçon dans nos relations les uns avec les autres.

Jésus expose le processus par lequel la confrontation devrait avoir lieu – nous donnant le recours pour inclure d’autres frères et l’Église si notre frère ne veut pas recevoir une confrontation privée (Matt. 18 : 15-17). Bien entendu, une telle confrontation privée ne devrait avoir lieu que si cela est sécuritaire. Nous devons toujours faire preuve de sagesse et de discernement en toutes circonstances.

Dans la maison de Dieu, les chrétiens doivent apprendre à se souvenir de l’identité de leurs frères et sœurs, à prier humblement pour leurs frères et sœurs, à couvrir avec amour le péché de leurs frères et sœurs et à affronter leurs frères et sœurs en privé. Ce faisant, nous verrons la grâce de Dieu guérir et soutenir nos relations d’une manière que le monde ne connaîtra jamais.

La blessure qui survient entre frères et sœurs croyants en Christ sert de plate-forme pour que l’Évangile soit à l’œuvre. Puisse Dieu faire en sorte que la vérité de l’Évangile agisse dans nos cœurs de manière à avoir un impact sur notre réponse à ceux qui nous ont blessé dans l’Église.

Le trou dans notre sainteté : combler le fossé entre la passion évangélique et la poursuite de la piété par Kevin DeYoung

A lire également