Divulgation : cet article peut contenir des liens d’affiliation, ce qui signifie que Beautiful Christian Life LLC peut percevoir une commission si vous décidez d’effectuer un achat via ses liens, sans frais pour vous.

Noël est une période merveilleuse avec toutes les joies de la famille et des amis, des festivités et une cuisine fantastique. La grandeur et la célébration qui entourent cette fête sont appropriées car elle commémore la naissance de Jésus-Christ, le Sauveur du monde. Pourtant, l’histoire de Noël ne concerne pas seulement Jésus. Sa naissance a un impact sur toutes nos vies aujourd’hui, tout comme elle l’a fait il y a deux mille ans pour les premières personnes qui ont entendu parler de sa naissance. Le récit de Noël du deuxième chapitre de Matthieu présente trois groupes de personnes et comment la naissance de Jésus a révélé leur cœur et nous enseigne aujourd’hui comment la vie de Jésus devrait affecter la nôtre.

1. Des étrangers sérieux

Matthieu 2 parle de chercheurs peu orthodoxes pour l’enfant Jésus. « Des sages de l’Orient sont venus à Jérusalem » (Matthieu 2 : 1). Tout d’abord, ces « sages » n’étaient pas issus du peuple d’Israël ; ils étaient considérés comme des étrangers et leur connaissance des Écritures était peut-être limitée. Leurs vocations étaient également taboues en Israël (cf. 1 Sam. 28 :9). Dans Daniel 2, ils étaient appelés magiciens et regroupés avec ceux qui s’intéressaient à la lecture des étoiles, à la compréhension des rêves et à ceux qui s’intéressaient à l’occultisme.(1) Ces hommes se tournaient vers les phénomènes naturels pour éclairer des situations difficiles.

Pourtant, Dieu a ouvert leur esprit pour qu’ils reconnaissent le signe cosmique qu’il avait envoyé pour déclarer la naissance de son Fils. Ces mages, imprégnés de leurs habitudes orientales, furent éclairés par la grâce de Dieu pour voir le signe indiquant l’amour de Dieu ; et une fois les yeux ouverts, ils étaient déterminés à retrouver le roi des Juifs, même si cela signifiait entrer dans une ville et poser des questions à un tyran assoiffé de sang. Le signe cosmique ne les a pas menés très loin. Ils devaient poser des questions et apprendre des Écritures afin de pouvoir rencontrer, se prosterner et adorer le roi.

2. Insiders apathiques

Contrairement aux étrangers sérieux qui cherchaient des réponses et poursuivaient hardiment la bonne nouvelle afin d’adorer le roi, les prêtres et les scribes d’Israël étaient des initiés apathiques qui n’ont rien fait lorsqu’ils ont appris la bonne nouvelle de la naissance du roi des Juifs. Les principaux sacrificateurs et les scribes étaient des chefs religieux en Israël. Ils possédaient les écritures juives et les connaissaient bien.

Le peuple d’Israël attendait son roi depuis des années, et pourtant, les principaux sacrificateurs et les scribes n’ont même pas fait volontairement de recherches lorsqu’ils ont appris qu’il était né. Ils s’enquirent des détails du nouveau roi à la demande d’Hérode. Leur apathie est stupéfiante.

Ce sont les gens qui ont été choisis par Dieu pour être son peuple spécial – qui devaient être à l’affût de la rédemption de Dieu dans un grand roi prophétisé. Pourtant, ils remuèrent à peine. Au lieu de ressentir de l’excitation et de l’anticipation, ils ont été troublés par la nouvelle (Matt. 2 : 3). Pourquoi est-ce?

Peut-être craignaient-ils que leur vie confortable soit perturbée par ce nouveau roi. Peut-être craignaient-ils que s’ils lui prêtaient allégeance, Hérode aurait leur tête. En fait, c’est ce que les principaux prêtres ont admis plus tard dans l’Évangile de Jean lorsqu’ils ont décidé de tuer Jésus (cf. Jean 11, 48-49). Ils ont choisi de se ranger du côté des puissances du monde en place, plutôt que de se tenir aux côtés et de souffrir pour le roi envoyé pour les sauver.

3. Pouvoirs mondains

Hérode le Grand est un personnage destructeur. Il fut troublé par la nouvelle de ce nouveau roi des Juifs (Matt. 2 : 3) et entreprit de faire quelque chose à ce sujet. Il était même disposé à en apprendre un peu plus sur ce roi auprès des chefs religieux et à aider les sages dans leur recherche (Matt. 2 : 4). Pourtant, il l’a fait avec l’intention de détruire l’enfant roi. C’est la puissance du monde exposée. Elle ne s’agenouille pas devant le Roi Jésus, mais cherche à lui faire la guerre par tous les moyens (voir aussi Ps. 2).

Hérode prétendait qu’il rendrait hommage à Jésus, mais ce n’était qu’un stratagème pour s’approcher suffisamment pour tuer l’enfant (Matthieu 2 : 13). Le monde et ses puissances ne veulent rien avoir à faire avec le Roi Jésus. Ils ne cherchent pas à s’agenouiller et à l’adorer. En fin de compte, ils préfèrent le détruire – ainsi que ceux qui lui sont fidèles – et vivre comme s’ils étaient le roi. Le monde fera de grands efforts pour y parvenir :

Alors Hérode, voyant qu’il avait été trompé par les mages, devint furieux, et il envoya et tua tous les enfants mâles de Bethléem et de toute la région, âgés de deux ans ou moins, selon le temps qu’il avait. constaté auprès des sages. (Matt. 2:16).

Jésus et toi

Comment répondons-nous à ce Jésus, le Roi ? Vous considérez-vous comme un étranger au christianisme, à l’Église et à la famille de Dieu ? Peut-être êtes-vous curieux et voyez-vous quelque chose sur Jésus qui vous intéresse. Consultez les Écritures pour en savoir plus sur qui est Jésus et sur la joie et la paix qu’il apporte à son peuple. Cherchez diligemment comme les sages pour connaître Jésus, le Roi Sauveur.

Êtes-vous un chrétien si familier avec le christianisme que la bonne nouvelle de Jésus, votre roi, ne vous touche plus fortement ? Êtes-vous devenu à l’aise avec le statu quo du monde ? Peut-être que les conforts du monde émoussent vos sens et vous empêchent de poursuivre avec détermination et de tout votre cœur Christ, votre Sauveur. Peut-être êtes-vous effrayé par les Hérodes du monde et par ce qu’une allégeance ouverte au Christ pourrait impliquer pour votre travail, votre famille ou votre vie sociale.

Pour ceux qui sont curieux de l’extérieur et ceux qui sont troublés à l’intérieur, Matthieu donne beaucoup d’encouragement et de réconfort :

Lorsqu’ils virent l’étoile, ils se réjouirent extrêmement d’une grande joie. Et étant entrés dans la maison, ils virent l’enfant avec Marie, sa mère, et ils se prosternèrent et l’adorèrent. Puis, ouvrant leurs trésors, ils lui offrirent des cadeaux, de l’or, de l’encens et de la myrrhe. (Matt. 2:10-11)

Si les mages éprouvèrent une grande joie en voyant l’étoile les conduire à l’enfant Jésus, quelle plus grande joie durent-ils éprouver en voyant le roi des Juifs. Ils furent tellement bouleversés qu’ils « se prosternèrent et l’adorèrent », puis lui offrirent leurs trésors. En lisant le récit de Matthew, on sent la jubilation de la scène. C’est la célébration d’un cœur touché par la vie de Jésus-Christ : joie, adoration et dons.

Pendant que vous considérez Jésus en cette période de Noël, méditez sur cette histoire. Que vous soyez un « étranger » ou un « initié », approchez-vous de Jésus-Christ le Roi et du salut qu’il offre, réjouissez-vous et soyez sage.

L’amour est descendu à Noël : lectures quotidiennes pour l’Avent par Sinclair B. Ferguson

A lire également