Le silence : révélateur de la relation

Parmi les bonnes résolutions de rentrée, le pape François nous invite à goûter au silence. Et si ce défi était vécu en couple ? La prière et le silence, un appui pour durer dans le mariage ?

L’intention de prière proposée par le pape François à tous pour le mois de septembre est consacrée aux « hommes de notre temps, souvent submergés par le bruit » pour qu’ils puissent « redécouvrir la valeur du silence et écouter la voix de Dieu et de leurs frères ».

Faire l’expérience du silence à deux peut parfois dérouter : silence gêné ou paisible, de colère, de joie ou d’écoute. Avez-vous déjà fait l’expérience du silence en couple ? Il peut porter du fruit lorsqu’il est éveil des sens, conscience de la présence de l’autre, respiration dans une journée effrénée. Ce temps pour se retrouver est aussi appelé « le devoir de s’asseoir », une occasion de se poser et d’écouter.

Le silence jusqu’à la prière

Paradoxalement le silence permet la parole de l’autre et ouvre au dialogue, parfois jusqu’au pardon. De bonnes conditions pour favoriser un climat serein sont nécessaires lorsqu’un couple souhaite prendre le temps de se parler en profondeur : choisir un endroit calme et agréable, partir d’un symbole ou d’un texte, ne pas couper la parole, être à l’écoute

Le silence est aussi un premier pas vers la prière, une pause pour remettre l’essentiel au cœur de sa vie. « Quand deux ou trois sont réunis en mon nom, je suis là, au milieu d’eux » dit Jésus dans l’évangile de saint Matthieu au chapitre 18, verset 20. Mais concrètement comment faire ? La prière à deux n’est pas toujours facile, des couples témoignent de la difficulté de prier ensemble quand les sensibilités spirituelles sont différentes.

C’est en éprouvant la prière à deux, qu’elle pourra s’ajuster : prier l’un à côté de l’autre, mettre en place un rituel en allumant une bougie ou en commençant par une prière connue (la prière des fiancés, la prière des époux, …), se préserver du jugement en exprimant toute parole comme une prière et respecter le « jardin secret » de l’autre, s’adresser à Dieu en le nommant, laisser de la place au silence.

 

Pour aller plus loin : Mieux se connaître pour un mariage durable